Pêche des crabes en Alaska : un metier dangereux

08. April 2017 Voyage 0
Pêche des crabes en Alaska : un metier dangereux

L’Alaska, cette région du nord-ouest de l’Amérique septentrionale possède les mers les plus glacées du monde. Ces surfaces d’eau salée sont pleines de crabes. La pêche de crabes en Alaska est un métier qui se pratique au bord d’une embarcation en pleine mer suivant le calendrier des saisons de pêche. Le métier est bien rémunérateur mais périlleux. Au beau milieu de l’océan déchaîné, des vagues d’une hauteur de 10 m voire plus de 15 m s’abattent des fois de plein fouet sur le navire lorsque le bateau mouille. Il faut alors se dépêcher pour la remontée de crabes de peur que les vagues successives déstabilisent le bateau. Si un pêcheur tombe par accident à l’eau ou se laisse emporter par les vagues parce qu’il ne fait pas preuve de vigilance dans son métier, il y a de fortes chances qu’il risque le mort dû à l’hypothermie si le secours n’arrive pas dans les 10 mn. Le pêcheur peut également risquer la noyade s’il se fait emporter en mer avec le panier à crabes qu’il tient. Selon le bureau de statistiques de travail américain, ce métier est répertorié comme le gagne-pain possédant le taux de mortalité élevé parmi les autres professions en Amérique. Elle cause un taux de décès de 0,3% par an.

alaska-peche-crabe

Comment se fait cette activité dans la mer de Bering en Alaska ?

C’est l’office fédéral de la pêche américain qui décide la date d’ouverture de la saison du crabe royal ou le C. Opilio en Alaska. Elle s’occupe également de la distribution de permis aux pêcheurs. La saison de ce métier ne dure que 3 mois au maximum. Quelques 80 bateaux attendent l’autorisation des autorités pour pouvoir faire la pêche dans la mer d’Alaska. Pour la saison du mois d’octobre par exemple, la moitié de prises sont vendues au Japon à l’occasion de leur fête de Nouvel an. Le coût d’un kilo de crabe royal environne 33 dollars en gros et peut atteindre 80 dollars au détail. Les intérêts économiques sont énormes car les pêcheurs qui risquent leur vie auront à remonter quelquefois des casiers allant jusqu’à 350 kg dans les hautes vagues. Et l’opération coûteuse est loin d’être aisée. Elle nécessite une bonne endurance à cause des conditions de travail difficiles. Il y a d’abord le mouillage du bateau dans la mer froide. Puis les marins remontent les paniers de crabes à bord et font la sélection des animaux. Les espèces femelles seront renvoyées dans la mer, seuls les mâles sont triés. Puis il faut charger les viviers et transporter les casiers sur le pont. Pendant tout ce temps, la stabilité du bateau et des passagers n’est pas assurée avec les vagues qui déferlent ainsi que les coups de vent et la tempête. Sans parler de la possibilité de formation de glace dans cette eau très froide. Les pêcheurs débutants sont moins exposés aux conditions dangereuses du pont. Ils ont pour tâche la préparation des appâts pour les casiers. Mais peu de marins débutants sont reconduits lors de la saison suivante. En bref, la pêche de crabe rapporte gros au pêcheur et à l’Etat de Washington mais ses victimes sont nombreuses comparées à d’autres métiers.